WhatsApp Image 2021-02-01 at 11.21.46.jp

Les papas cabossés 

-Les PC-

La genèse de cette route vient d'un accident de ski, où je me suis retrouvé avec un genou très abimé. Mais je n'imaginais pas ne pas revenir à Cotignac, car ce pélé à changé ma vie, il m'a fait devenir homme. C'est donc à ce moment, que j'ai décidé de faire une route où on part de moins loin. 

 

Dans ce groupe, nous vivons des choses très belles, grâce à la diversité des papas : 

  • en plein burn-out qui ne sortaient pas de chez eux d'habitude, mais qui ont répondu de façon miraculeuse à l'appel de Cotignac,

  • avec des pépins de santé plus ou moins lourds : cancer, risque d’amputation, bipolarité, etc.

  • en pleine déprime suite à un divorce en particulier,

  • en pleine forme également qui viennent donner un coup de main aux cabossés, même si on est tous un peu cabossé…

Un des Padre qui nous a accompagné nous a dit une chose très belle : 

" il n’y a pas plus de valises lourdes à porter chez les papas cabossés que chez les autres. Par contre, en se reconnaissant cabossé dès le début, comme postulat de base, on est beaucoup plus vite dans un cœur à cœur et beaucoup plus vite dans une vraie communion de prière".

 

Pas besoin de faire 40km pour se sentir affaibli… Cela permet aussi de faire venir des hommes qui peuvent être vraiment en périphérie de la foi et dont la maladie ou la fragilité provoque un rayon de lumière.

Cela éveille aussi en nous le désir d’être attentif aux papas cabossés autour de nous. Et des cabossés, il y en a pas mal. 

Je voudrais confier à votre prière Michel et Bruno.

 

Michel, avant de faire la route de papas cabossés, était venu sur ma route d'avant, ambiance “face nord”. Michel était tellement loin physiquement qu’on avait été obligé de "l'abandonner" dans un village à la fin de la première matinée. Pas très dans l’esprit… Je gardais cette expérience comme quelque chose de négatif dans un coin de ma tête. Quand j'ai pensé à monter la route des PC, j'ai tout de suite contacté Michel et à ma grande surprise, il a accepté de revenir à Cotignac. En plus de sa fragilité physique, Michel est bipolaire. Et aujourd'hui c'est un peu l'âme des PC. Quand lui est dans une phase dure de sa maladie, il nous le dit et on prie pour lui. C'est devenu quelqu'un de très important pour tous les PC, et je pense que ce pélé prend aussi une grande place dans la vie de Michel.

C'est un vrai frère.

Je confie Michel à votre prière.

Bruno, avant de faire la route des PC, avais marché avec moi dans ma route "face nord". Un jour, j'apprend qu'il a une tumeur au cerveau. Je contacte sa femme, son médecin qui tous les deux me disent: "OK, mais il ne peut pas marcher plus de 30 minutes par jour". J'appelle Bruno pour lui proposer. Il accepte tout de suite. Je recontacte son médecin -Marc- pour lui dire que Bruno vient. Et là, je m'aperçois que Marc est croyant et qu'il serait partant pour l'accompagner pendant le pélé. Cependant, il hésitait car il ne peut pas entrer en communion avec tous ses patients sous peine d'y perdre sa propre santé. Mais nous voilà parti. Marc nous rejoint samedi midi après les dernières visites à ses malades. Nous faisons notre route PC et la femme de Bruno, Marie, le dépose samedi soir en bas de la montée de St Joseph. On accueille Bruno avec une émotion énorme. Marc accueille Bruno avec encore plus d'intensité. On monte avec Bruno à St Joseph en moins de 30 minutes. On prie St Joseph. On prie les uns pour les autres. Bruno a reçu le sacrement des malades dans la chapelle des sœurs. On a fait raviner la colline avec nos larmes, on a chanté tellement fort que la peinture de la chapelle a dû se décoller, et qu'on a fini de rendre sourde les vieilles sœurs qui étaient à St Joseph à l'époque. On avait réservé un lit chez les sœurs pour Bruno, mais il nous a dit : "vous déconnez les mecs, je dors avec vous à la belle". Le dimanche matin, on a rapproché Bruno à 1km de Cotignac en voiture. On s'est tous retrouvé, et on a marché le dernier km tous agglutiné autour de Bruno comme des abeilles autour de leur reine. Bruno a retrouvé sa femme Marie et ses trois enfants juste avant la messe. C'était magnifique. En écrivant ces lignes, j'en ai encore les larmes aux yeux. La foi de Bruno et de Marie rayonnait. Bruno est parti il y a 6 mois, nous laissant dans une profonde tristesse. On a eu la chance de pouvoir lui rendre visite avec quelques PC sur son lit de soin palliatif quelques jours avant son décès. Au début de chaque pélé, on donne la même croix à tous les PC en signe de fraternité. Devant Bruno qui ne tenait à la vie qu'à un souffle, nous avons déposé les croix de notre pélé sur le lit de Bruno. Marie les a mise avec Bruno dans son cercueil. Cette année, on avait repris les mêmes croix. Un peu comme si Bruno marchait encore avec nous.

Je confie à votre prière Bruno et Marie.

Les grâces de Cotignac nous dépassent tous.

Dieu sauve

 

Carl

Si tu aussi, tu veux faire la route des papas cabossés, n'hésite pas:

Contact des papas cabossés (PC): carl.lauron@gmail.com>

WhatsApp Image 2021-02-02 at 23.07.57.jp